FASHION WEEK, OFF THE WALL DEBRIEF

Si on voulait comparer la semaine de la mode, on parlerait très certainement d’une fourmilière en effervescence, où quelques reines décideraient de vie ou de mort sur ses congénères à petites pattes frétillantes. Dans la vraie vie, la fashion week attire les professionnels de la mode, les blogueurs happy fews ou les simples curieux. Et pour réussir à se démarquer parmi tout ce beau monde, côté créateur ou côté public, il faut parfois être capable du meilleur comme du pire. Retrouvez les moments les plus improbables, émouvants ou hilarants de la fashion week. Pour finir par une revue des photos Street style qui m’ont le plus inspirées.

1- Des vêtements importables

 Que serait la Fashion Week sans ses créations insolites ? Parce que de jolis vêtements qu’on a envie de s’offrir et de porter : c’est « so boring » non ? Le défilé Thom Browne : des petits post-it sur les manteaux, des chapeaux qui permettent d’apprécier la vue, des toques de chef très sensuellement accessoirisées…

importableimprobable-8-1280x1707

Et voilà ce que j’ai repéré de plus impensable, abracadabrantesque… à Londres et Paris.

importableimprobable-27-1280x1707importableimprobable-28-1280x1707

Pourquoi ce qu’on voit sur les podiums est-il si souvent importable?

Le but d’un défilé est de communiquer du rêve, un esprit, un univers. Plus le créateur se lâche et s’exprime librement, plus il sera susceptible de déclencher l’émotion d’un public passablement blasé (40 à 50 shows par fashion week, ça aiguise l’oeil et les exigences). Les vêtements présentés ne sont donc pas toujours destinés à être portés tels quels, beaucoup ne sont même d’ailleurs jamais produits. L’essentiel est qu’ils inspirent. La « vraie » collection est ensuite présentée aux acheteurs en showroom, sur cintres. Elle est parfois très différente de ce qui avait été edité (choisi) pour le show. Enfin, c’est parfois très excessif voire même excluant, incompréhensible !

importableimprobable-9-1280x1707

Mais quand on voit ça, le rire est la seule réaction possible, c’est une caricature…. »Attention à la marche Melle » ….. !

2 – Des accessoires importables ?

L’ancien directeur artistique d’Hermès, Christophe Lemaire, n’a pas perdu son sens du cavalier. Ce mercredi, il a présenté la collection portant son nom lors de cette fashion week parisienne.

Le styliste a fait sensation avec un accessoire en particulier qui tapé dans l’oeil des observateurs avertis. Dans sa collection automne-hiver 2015-2016, il a glissé un sac à main en cuir lustré en forme… de poitrine de femme ! Cet objet «NSFW» (Not Safe For Work- pas conseillé pour le travail ) pousse le soucis du détail à faire pointer les tétons… logique pour la saison hivernale font remarquer certaines modeuses à l’humour grinçant.

importableimprobable-33-1280x1707

importableimprobable-10-1280x1707

Ce sac à main alimente le débat. Et vous, porteriez vous le «boobs bag» de Christophe Lemaire ?

3 – Anna Della Russa « la maestro de l’étrange »

importableimprobable-26-1280x1707

Appelez-la ADR. Comme tout le monde (enfin, toute la mode). Femme la plus photographiée de la modosphère selon Forbes, elle est l’idole des blogueurs street style et la caution excentrique des premiers rangs des Fashion Weeks. Mais enfin, qui est cette dame ?

Anna Dello Russo est ce que l’on pourrait appeler un OFNI. Un objet fashion non identifié. Une mutante descendue trop vite de la planète Mode, celle où on vit au rythme des nouvelles collections et où on partage sa vie avec… son dressing. Madame Dello Russo a 52 ans et, chose rare dans le fashion system, elle fait son âge. D’abord rédactrice mode pour Vogue Italie, désormais rédactrice en chef de l’édition japonaise, elle n’a pas manqué une seule Fashion Week en vingt-sept ans de carrière. À l’époque, Helmut Newton la qualifiait volontiers de « maniaque de la mode ». Elle préfère « fashionista passionnée ».

Particularité : La météo ne régit toujours pas sa façon de s’habiller, son seul mot d’ordre étant : « théâtrale ». Son péché mignon ? S’habiller 100 % podium. Autrement dit copier pièce par pièce les défilés de ses créateurs préférés. Vous voyez, ces tenues abracadabrantes que l’on adore regarder – mais seulement regarder.

importableimprobable-2-1280x1707

importableimprobable-3-1280x1707

importableimprobable-4-1280x1707importableimprobable-1-1280x1707

importableimprobable-5-1280x1707importableimprobable-6-1280x1707importableimprobable-7-1280x1707

 Inspirant ? Ridicule ? Je vous avoue que je suis partagée car c’est souvent dans l’excès que se dégage une signature. Même si c’est clairement importable.

Mais une fois que j’ai parlé des looks improbables répérés durant la fashion week, il y a aussi le meilleur à voir, le show aujourd’hui  ne se joue pas uniquement sur les podiums mais dans la rue.

La Fashion Week parisienne fait le buzz sur le net. Blogueurs et autres twittos gravitent autour des podiums à l’affut des looks insolites…

C’est ce qu’on appelle le street style, ces looks venus de la rue et  « photographiés sur le vif aux abords des défilés ». Un show dans le show où l’on est là aussi bien pour voir que pour être vu.

5 – Le « Street style » devient phénomène de mode

Ce n’est pas très compliqué à réaliser, ça demande peu de préparation et ça donne l’image d’une mode accessible, loin des vêtements parfois improbables des grands créateurs. D’ailleurs, certains se sont fait une spécialité de ces clichés d’anonymes dont les sites de mode ou les magazines spécialisés font leur miel pendant les fashion weeks de New York, Milan ou Paris. Les couturiers, eux aussi, y trouvent matière à inspiration pour de futures collections. Bref, c’est la rue qui influence la mode, qui influence la rue, et réciproquement… Voilà ce que j’ai vu de mieux et de plus inspirant ?

importableimprobable-21-1280x1707importableimprobable-22-1280x1707

Et vous qu’est ce qui vous inspire ? 

Je terminerai cette article en répondant à une de vos questions très récurrentes :  la fashion week, comment ça fonctionne ? Quels sont les dates ? Prêt à porter ou Haute Couture ? Dans quelles villes ?

Une Fashion Week par-ci, une Fashion Week par-là : vous avez sans doute l’impression que cette grand-messe revient plus vite qu’une couverture du Elle sur les régimes.

Décryptage de ce que l’on appelle la Fashion Week

– Il faut déjà savoir qu’il existe autant de Fashion Weeks qu’il y a de villes dans le monde. La seule différence, c’est que certaines ont plus de prestige que d’autres. Celle de Bourg-en-Bresse, par exemple, peine un peu à décoller.

– Les plus importantes sont celles de Paris, New-York, Milan et Londres, pour des raisons avant tout historiques : ces villes sont les capitales de la mode depuis des décennies, voire des siècles.

– Récemment cependant, certaines villes émergent dans le domaine et prennent progressivement de l’importance comme Copenhague, Stockholm, Sao Paulo, ou Tel Aviv, par exemple. Mais rassurez-vous, sur ce plan-là, la France n’est pas prête de se laisser dépasser par une équipe des îles Féroé.

– Il y a en deux Fashion Weeks par an, dans une même ville. Là, ça se passe un peu comme dans les supermarchés qui installent les chocolats de Pâques au début du mois de février. La mode a toujours des mois d’avance : en septembre, les maisons présentent leurs collections pour l’été à venir. Et en janvier/février, pour l’hiver suivant.

– Exemple : cette semaine à Paris, les défilés concernaient les collections de l’automne/hiver 2015-2016. D’ici-là, on sera peut-être tous morts, certes, mais on sera morts bien sapés.

– Là où ça se corse encore un peu, c’est qu’il y a la Fashion Week masculine d’un côté, et la féminine de l’autre.

Prêt-à-porter VS couture

Dernier détail : il ne faut pas confondre les défilés de prêt-à-porter et les défilés couture.

– Les premiers présentent des vêtements importables destinés à inspirer la future vraie collection, à montrer les tendances de la saison.

– Les seconds présentent des vêtements importables ET absolument inaccessibles, qui servent à montrer aux filles les robes qu’elles ne pourront jamais s’offrir.

– Seules les plus grandes maisons peuvent se permettre de conserver une activité de haute couture, comme par exemple Chanel, Chanel et Chanel. Elle ne répond pas au même cycle que le prêt-à-porter, et ne vit pas en décalé.

VOILA LES PLANNINGS PARISIENS

2015 /

Prêt à Porter du mardi 3 au mercredi 11 mars 2015

Designers Apartment du vendredi 6 au jeudi 12 mars 2015

Mode Masculine du mercredi 24 au dimanche 28 juin 2015

Haute Couture du dimanche 5 au vendredi 10 juillet 2015

Prêt à Porter du mardi 29 septembre au mercredi 7 octobre 2015

 

2016 /

Mode Masculine du mercredi 20 au dimanche 24 janvier 2016

Haute Couture du dimanche 24 au vendredi 29 janvier 2016

Prêt à Porter du mardi 1er au mercredi 9 mars 2016

Mode Masculine du mercredi 22 au dimanche 26 juin 2016

Haute Couture du dimanche 3 au vendredi 8 juillet 2016

Prêt à Porter du mardi 27 septembre au mercredi 5 octobre 2016

 

J’espère que ça vous a éclairé, 

A tout à l’heure,

Emma Easton

Comments are closed.

NE RATEZ PLUS UN POST
INSCRIVEZ VOUS

Master Of Details, le blog où le détail n’est pas accessoire qui a pour mission de "réduire" sa garde robe aux basiques atemporels et essentiels.
Mon ADN n’est plus qu’à un clic…
À très vite, Emma Easton

Non, merci.