STRIPES : ORDER & DISORDER

photorecapitulative-rayé-522x783

«Cet été, osez le chic des rayures». Dans ce slogan qui «s’affiche»  régulièrement dans les campagnes publicitaires, articles de mode, on peut y lire une signification plus profonde qui se comprend en décortiquant tous les mots.

Mais celui qui porte le poids de son histoire, c’ est le verbe «oser»…

Porter des rayures, s’habiller dans des vêtements rayés. Si nous croyons le slogan, il faut de la hardiesse et du courage. Vous devrez montrer une certaine audace, surmonter les différentes idées de convenance. Mais celui qui ose est récompensé : il atteint le chic, le style, en somme, la distinction élégante des individus qui sont libres, à l’aise, raffinées. Comme c’ est ainsi souvent le cas de nos jours, quand n’importe quel code social est capable d’ auto-réversion, quand un code, qui  à l’origine constitué un handicap ou une responsabilité à finit par devenir un atout positif…

Le rayé est une « matière à réflexion » :  Et établissant un lien entre la hardiesse supposée des rayures contemporaines et les scandales fréquents qu’elles ont incités pendant le Moyen Âge

La rayure a fait ses marques de façons mystérieuses dans le temps. De l’uniforme rayé des prisonniers aux costumes adaptés, au passage clouté dans la rue à , Pablo Picasso et son tee shirt rayé fétiche, les rayures faisaient toujours une déclaration audacieuse. Mais la frontière qui sépare la bonne rayure de la mauvaise est souvent oubliée.

des-bagnards-et-leur-tenue-rayee-522x413

Pourquoi, par exemple, les rayures ont-elles été associées au diable pendant le Moyen Âge ? Comment les rayures sont-elles venues pour symboliser la liberté et l’unité après les révolutions américaines et françaises ? Quand la rayure est-elle devenue une norme, un standard de la mode ?

 Cela établirait en effet un lien entre la rayure stigmatisante (les bagnards), la rayure hygiéniste (tabliers, dentifrices) et la rayure signalétique (passages à niveau)… Exemples et contre-exemples affluent dans nos esprits, ce qui est l’indice d’une thèse forte.

LE DIABLE «EN-RAYÉ»

Au Moyen-Age, en Occident, on l’apprend dans l’ouvrage de Michel Pastoureau, «L’étoffe du Diable, une histoire des rayures et des tissus rayés», le vêtement rayé est synonyme de transgression de l’ordre social. Mais pourquoi cette connotation péjorative associée aux rayures? Pour Michel Pastoureau, cela peut sans doute s’expliquer de plusieurs façons. D’une part, le dix-neuvième chapitre du Lévitique de la Bible dans son 19e verset stipule dans sa traduction « Tu ne porteras pas sur toi un vêtement qui soit fait de deux… ». Mais de deux quoi? Couleurs ou tissus? Il semblerait que les exégètes médiévaux de la Bible aient retenu – de façon fautive d’ailleurs – la couleur plutôt que le textile.  D’autre part, pour l’homme médiéval, ce qui n’est pas uni est varié or la variété exprime toujours quelque chose d’impur d’agressif, d’immoral ou de trompeur. Un homme sera qualifié de varius, s’il est rusé ou menteur, cruel ou malade. Du reste, le substantif varietas sert à désigner à la fois la tromperie, la méchanceté et la lèpre… »   » Au Moyen Age le tissu rayé revêt, le plus souvent par convention, les réprouvés de la société: jongleurs, bouffons, bourreaux et prostitués… » … etc.

C’est donc , une histoire de religion et de croyances ….

La rayure et les étoffes rayées sont longtemps restées en Occident des marques d’exclusion ou d’infamie. Sans faire aucunement disparaître ces rayures très négatives, l’époque romantique voit apparaître une nouvelle forme de rayures, positives et liées aux idées nouvelles de liberté, de jeunesse, de plaisir et de progrès. Dans les sociétés contemporaines, ces deux types de rayures cohabitent : celles des vêtements de prisonniers, de la pègre, des lieux dangereux et mortifères, et celles du jeu, du sport, de l’hygiène, de la mer et de la plage.

 

Ré-habit-litation

« Avec l’époque moderne s’instaure progressivement un nouvel ordre de la rayure » : l’association de cette dernière avec l’idée d’abjection se fissure peu à peu. Synonyme de liberté grâce aux révolutionnaires américains puis français qui en font l’emblème de leurs drapeaux respectifs, attachée à l’idée d’hygiène au 19e siècle qui lance la mode des sous-vêtements rayés, porteuse de l’image d’un ailleurs exotique à travers l’uniforme des marins, mais aussi symbole de loisirs (monde de l’enfance, vogue balnéaire de la rayure, maillots rayés des sportifs), la rayure devient gaie, positive, innocente, dynamique et… chic : inspirée par ses séjours à Deauville, Coco Chanel intègre en 1917 la marinière à ses collections et Jean-Paul Gaultier achève de la populariser pour les deux sexes dans les années 1980.

mariniere2-extrait-522x294

saint-james-mariniere-picasso-dean-warhol-522x215

beattlespassagecloute-522x499

Mais les « mauvaises » rayures n’ont pas disparu de l’imaginaire collectif – on les associe par exemple spontanément aux « hors-la-loi » alors même que les prisonniers ne portent plus de costumes rayés depuis bien longtemps. Ce sont ces perceptions,  ce fantasme de marginalité qui rendent aujourd’hui encore si fascinante la marinière, pas si sage donc qu’elle n’y paraît au premier abord…

dalton1-522x293

dalton2-522x379

Le problème de la rayure mène vraiment en effet à réfléchir sur la relation entre le visuel et le social dans une société donnée.  L’oeil classifie-t-il des choses mieux que l’oreille ou le sens du toucher ? Voir doit toujours classifier ? Ce n’est pas le cas dans chaque culture ou dans le monde animal.

Zebra-002-400x265

La rayure est une structure de surface si dynamique qu’elle peut seulement être couverte en courant. La rayure n’attend pas, ne reste pas immobile. Elle est dans le mouvement perpétuel (c’est pourquoi elle fascine toujours des artistes : les peintres, des photographes, des cinéastes), les rayures animent tout ce qu’elle touche.

STRIPE IT UP

La rayure piquante 

 

shootingkate7-cactus1-522x782

shootingkate7-cactus2-522x782

shootingkate7-cactus3-522x782

shootingkate7-cactus4-522x782

shootingkate7-cactus4-522x782

shootingkate7-cactus8-522x782

shootingkate7-cactus9-522x782

shootingkate7-cactus11-522x782

shootingkate7-cactus13-522x782

 

Je vous dis à demain,

KISS & TELL,

Emma

RETROUVEZ LES PICES VUES SUR LE LOOK 

Robe rayée Zara, disponible sur Zara.com, 29,95 euros, SHOP HERE 

Birkenstock en cuir noir, 66 euros, SHOP HERE

Casquette en cuir noir American Apparel, 34 euros, SHOP HERE  

 

Comments are closed.

NE RATEZ PLUS UN POST
INSCRIVEZ VOUS

Master Of Details, le blog où le détail n’est pas accessoire qui a pour mission de "réduire" sa garde robe aux basiques atemporels et essentiels.
Mon ADN n’est plus qu’à un clic…
À très vite, Emma Easton

Non, merci.